Menu

« Heureux comme Juifs en Corse ? »

Dans une étude très documentée publiée dans la dernière livraison de la revue « Etudes corses » (1), intitulée « Heureux comme Juifs en Corse » ? Autour d’un projet d’immigration agricole juive dans la Corse des années 30 », l’historien Jérémy GUEDJ traite d’un projet méconnu. Et c’est bien « autour » de ce projet dont il est question dans cette étude, parce qu’aussitôt né dans les sphères du pouvoir en 1933 il a été enterré et n’a eu qu’un lointain et sourd écho dans l’opinion lorsqu’il fut révélé cinq ans plus tard par le « New York Herald ».

edito_02.jpg« Autour » ? en ce sens que l’auteur analyse le contexte historique dans lequel il a surgi : celui de l’avènement d’Hitler au pouvoir début 1933 et l’afflux de milliers de réfugiés dont le gouvernement français ne sait que faire.
« Autour » ? parce que l’auteur s’interroge sur les raisons qui ont présidé au choix de la Corse et sur les raisons également de l’abandon du projet aussitôt qu’il est né.
« Autour » ? parce que Jérémy Guedj resitue cet épisode du « projet corse » dans le long terme des relations entre les Corses et les Juifs avant (à partir de Pascal Paoli) et après les années trente, jusqu’à la période contemporaine marquée par la demande (refusée par Yad Vashem) de la reconnaissance de « La Corse, île Juste ».

QUE FAIRE DE CES ETRANGERS ET DE CES JUIFS REFUGIES ?

Printemps 1933, Hitler arrive au pouvoir. C’est dans l’urgence que le gouvernement français doit faire face à cet afflux de réfugiés venus d’Allemagne (25.000 pour la seule année 1933) et c’est dans la précipitation que naît « le projet corse » comme le révèle le compte-rendu d’une commission ministérielle ad-hoc à laquelle participe un dénommé Santoni, administrateur des colonies, présent le 23 octobre 1933, qui a sans doute usé de son influence pour ce choix alors qu’initialement l’implantation de colonies juives était prévues aussi dans le Sud-Ouest, l’une et l’autre région manquant de bras pour l’agriculture et offrant des terres en déshérence.
La Corse présentait bien des atouts, parmi lesquels l’indifférence des Corses à l’antisémitisme écrit Jérémy Guedj. Pourtant, malgré la « …conjonction de paramètres favorables (…) le projet corse demeura lettre morte ». On remarquera que l’auteur ne fait pas mention de l’insularité qui aurait pu dicter le choix de la Corse plutôt que le Sud-Ouest de la France ; l’île offrant l’avantage d’un plus facile contrôle de cette population étrangère qui n’était pas la bienvenue et avait suscité une montée de la xénophobie (2). Cela n’a-t-il compté pour rien dans le choix de la Corse ?

POURQUOI LE PROJET FUT MORT-NÉ ?

La réponse à cette question n’est pas aisée souligne l’auteur. Selon lui, il y eut bien «une infime poignée d’individus qui acceptèrent le voyage [en Corse] mais s’en retournèrent aussitôt » (...). L’échec fut total, soit que l’entreprise fut mal conçue, soit par suite de la mauvaise volonté des intéressés. (…).» Le Conseil général de la Corse eut à en connaître. Une note d’un rapport de la Préfecture de police de Paris daté du 11.07.1934 fait état aussi de l’accord des radicaux Landry et Campinchi ainsi que de l’opposition du député de droite François Pietri. Pour Jérémy Guedj, «Une chose est cependant sure : si l’affaire demeure floue, il ne fallait pas semble-t-il, voir dans le refus d’accueillir les Juifs une quelconque marque d’antisémitisme ou de méfiance à l’égard des Juifs, a fortifiori de la part de François Pietri » qui était philosémite affirme Jérémy Guedj. Et il s’ensuit, un chapitre consacré aux relations corso-juives dans lequel il resitue l’épisode du « projet corse ».

LES CORSES ET LES JUIFS

« La place occupée par les Juifs dans l’histoire de la Corse et dans l’imaginaire de sa population n’a assurément aucune commune mesure avec leur faible nombre dans l’île ». Quatre Juifs à Bastia en 1845, quelques dizaines dans l’entre-deux-guerres. Alors, les Corses sont-ils philosémites ? antisémites ? On ne pourrait faire qu’une vaine réponse à cette question selon Jérémy Guedj. En tous cas, ni la nomination d’un procureur général juif, Gustave Emmanuel Bedarrides en 1862, ni la nomination d’un Préfet juif, Gustave Naquet en 1871, n’ont fait problème. D’où Jérémy Guedj infère d’ « une indifférence bienveillante » des Corses à l’égard des Juifs. N’étaient-ce que ces arguments, on pourrait lui opposer que le faible nombre de Juifs en Corse rendait leur présence supportable et dire avec Jacques Chardonne : « [de loin] …l’amour de l’humanité est facile…les hommes ne se détestent que de près ». Mais Jérémy Guedj conforte son appréciation par l’accueil fait par les Corses aux 747 réfugiés juifs arrivés le 14 décembre 1915 (3). Entre ces deux dates, au tournant du siècle, il y a eu l’affaire Dreyfus, dont l’étude ne parle pas, peut-être parce que, selon Ange Rovere et Jean-Paul Pellegrinetti, elle n’a suscité que « quelques réactions isolées » (4).
Mais dans les années 30, peut-on encore qualifier d’ « indifférence bienveillante » l’attitude des Corses pris globalement ? Cette généralisation fait, à notre avis, abstraction de l’influence qu’a pu avoir, dans les années 30, la presse du magnat de la presse, François Coty, par ailleurs parfumeur et maire d’Ajaccio de 1931 à 1934, pourfendeur du Front populaire et du Juif Léon Blum, hostile à l’accueil en France du juif Einstein quand ce dernier s’était réfugié en France. Et était-elle si marginale l’influence la presse du Partitu Corsu Autonomistu, en l’occurrence « A Muvra » de Petru Rocca, (5) ? dont Jérémy Guedj fait remarquer que son antisémitisme « semblait davantage ressortir du rejet global de l’Autre, de ce qui n’était pas corse ». Mais dans ces années 30 ce n’est pas une particularité corse : l’étranger et le Juif (avec le bolchevique et le franc-maçon) sont confondus (6). Pour autant, ça reste de l’antisémitisme. Mais Jérémy Guedj a raison quand il met en garde contre les amalgames : « Il convient de se garder d’un grave écueil » qui consisterait à lier intrinsèquement autonomisme et antisémitisme –ou philosémitisme- et corsitude ». Comme il serait faux de lier corsitude et irrédentisme, corsitude et collaboration ; ce serait méconnaître l’éclatement survenu dans ces années 30 entre les corsistes irrédentistes et ceux qui ont récusé les prétentions annexionnistes de Mussolini, allant même pour nombre d’entre eux jusqu’à s’engager dans la Résistance, comme Simon Vinciguerra. Mais qu’elle émane des corsistes ou d’autres, est-il possible que la propagande antisémite ait eu si peu d’influence sur l’opinion ? alors que la Légion française des combattants a pu recruter en Corse jusqu’à 18.000 adhérents (7), la Légion dont son président, Joseph Darnan, invitait à combattre : « la dissidence gaulliste, le bolchevisme, la lèpre juive, la franc-maçonnerie païenne ». Et cette politique était déclinée en Corse par « Le billet de la Légion », repris par « Bastia-Journal » le 27 avril 1941 qui fait des opposants au régime de Vichy, des « …égarés manœuvrés par ces juifs qui rêvent d’un paradis perdu, le leur, et qui fut pour nous un enfer (…) ». « L’antisémitisme est une constante dans la propagande légionnaire, mais fait remarquer Hélène Chaubin, il ne mobilise pas l’opinion (8). Donc il y aurait bien, toujours, un décalage avec l’opinion. Plus ou moins important selon les périodes. C’est, dit Jérémy Guedj en conclusion de son étude, qu’il existe de « riches, complexes et méconnues relations qui [les] unissent [Corse et juifs] ». Il en a tenté une esquisse et invite à poursuivre les recherches sur le sujet qui ne s’accommode pas des simplismes qui fleurissent souvent dans l’actualité en Corse.

Antoine POLETTI
  1. « Etudes corses ». n° 72. Juin 2011. Ed. ALBIANA/ACSH.
  2. « La France des années 30. Tourments et perplexités ». Eugen Weber. Ed. Fayard 1994. Chapitre IV. « Les étrangers » pp 123 à 151.
  3. « Une escale tourmentée. Juifs palestiniens en Corse (1915-1920) par Florence Berceot, dans la revue Fora n° 4, de l’été-automne 2008, intitulée «Corses et Juifs », pp. 44 à 47
  4. « La Corse et la République, la vie politique de la fin du second Empire au début du XXI ème siècle ». Par Jean-Paul Pellegrinetti et Ange Rovere. Ed. Seuil. p. 168
  5. Idem ci-dessus. « La Corse et la République » p. 242
  6. Idem « La France des années 30 » (voir ci-dessus) 
  7. « L’ambivalence patriotique : la Corse légionnaire » Hélène Chaubin dans la revue « Annales du Midi », revue de la France méridionale, tome 116, n° 45. Janvier-mars 2004. Ed. Privat. p. 81
  8. Idem ci-dessus. « L’ambivalence patriotique : la Corse légionnaire » p. 86

Combien de Juifs de Corse a sauvé Bedi Arbel, le consul de Turquie ?. Selon la revue "La dernière guerre", (n°17. Mars avril 2012) plusieurs milliers. A voir. (Cf. "le sort des Juifs en Corse pendant la guerre)

edito_03.jpgOn savait le rôle du Consul de Turquie à Marseille, Bedi Arbel et du sous-préfet Rix ainsi que l'attitude plutôt bienveillance du Préfet Balley dans le sauvetage des juifs qui étaient en Corse. Mais des millers ? alors qu'on s'accorde à penser qu'ils étaient environ 600 en 1940. On aimerait savoir de quelles sources sont tirées ces informations.

Posted by cabrio2b