Menu

Le Concours National de la Résistance et de la Déportation

Le concours a pour objectif de perpétuer chez les jeunes Français le souvenir des sacrifices consentis pour le rétablissement de la légalité républicaine, de perpétuer la mémoire de la résistance et de la déportation afin de leur permettre de s'en inspirer et d'en tirer des leçons civiques dans leur vie d'aujourd'hui.

Pour le concours de 2010, le jury national du CNRD a arrêté le thème suivant : « L'appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle et son impact jusqu'en 1945 »
À partir des circonstances et du contenu de ce texte fondateur, les candidats étudieront la portée de l'appel du 18 juin, ainsi que les engagements qu'il a suscités en France, dans l'empire français et à l'étranger.
Nous avons participé à l’élaboration des sujets individuels le 16 décembre 2009 à l’Inspection Académique et nous sommes à la disposition des professeurs et des élèves pour les aider dans leur travail de recherche.
Dans notre département le nombre des participants est très variable mais plutôt en diminution : 95 candidats en 2000, moins de 30 en 2008 et pas de participation des lycées de Corse du Sud. Pourquoi ce désintérêt ? Plusieurs raisons à cela : des professeurs trop sollicités, des programmes à boucler, mais aussi l’absence de remise officielle des prix aux lauréats qui entame la crédibilité des enseignants… .Malgré nos interventions lors des différentes réunions de la « Commission Mémoire » à la Préfecture ainsi que lors des réunions d’organisation et de correction du CNRD, après le départ de Monsieur le Préfet LEMAS cette manifestation a été supprimée.
Or les jeunes ainsi que leurs professeurs ont besoin d’une reconnaissance officielle de leur investissement dans le travail de Mémoire et d’Histoire ; en ne le faisant pas, les autorités contribuent à les démobiliser dans la recherche et la connaissance de l’histoire si riche de la Résistance Corse.
Et le constat de ce désintérêt inquiétant pour un concours optionnel est à l’instar de la considération dans laquelle le gouvernement actuel tient l’enseignement de l’histoire. Aujourd’hui cet enseignement est mis à mal On veut diminuer les horaires dans les classes scientifiques et pourtant l’histoire sert à former des citoyens dans le monde compliqué dans lequel nous vivons !

Avoir un point de vue sur l’histoire, sur la société, sur sa propre histoire permet de gagner du temps, de se repérer par rapport à son passé mais aussi par rapport à tous les défis du présent. En diminuant la part de l’histoire dans les programmes on croit gagner du temps, mais en fait on en perd parce que la culture, dont l’histoire fait partie, est le viatique qui accompagnera l’élève toute sa vie. Il y a comme un paradoxe ironique….car au moment même ou l’on débat sur l’identité nationale, sur les rapports compliqués entre immigration et identité, et alors que la Seconde guerre mondiale est si souvent convoquée dans l’actualité, se priver des enseignements de l’histoire c’est rendre le présent inintelligible. C’est grave pour la France de demain et les jeunes qui en seront les citoyens.

Andrée VESPERINI
Posted by cabrio2b