Menu

Robert GIUDICELLI, dit "Colonel Germain"

Né(e) à Chisa (France, Haute-Corse(2B)), le 14 Octobre 1911 - Décédé(e) à Lyon (France, Rhône(69)), le 14 août 1943

Dernier-né d’une famille de six enfants. Après l’école primaire à Chisa (Haute-Corse), il fait ses études secondaires à Marseille chez une sœur ainée. Il rentre à l’Ecole normale d’instituteurs d’Aix-en-Provence (promotion 29-32) . Instituteurdans les Bouches-du -Rhône à Saint-Mitre, à Septème et à Marseille (Ecole de la rue du Poirier). Il adhère au mouvement des « Jeunesses communistes » en 1934 dont il deviendra responsable régional et membre du Comité Central. En 1936, la direction du PC lui refuse d’aller combattre en Espagne avec les Républicains parce qu’elle juge plus utile sa présence à Marseille.

Pendant la guerre

A la déclaration de guerre, en septembre 1939, il est mobilisé à Carbini (Corse-du-Sud). Après la signature de l’armistice en juin 1940, il est démobilisé et retourne à Marseille où il continue à militer dans la clandestinité. Mais comme dans cette ville il est trop connu, il est envoyé à Toulouse. Il sera arrêté en janvier 1941, jugé une première fois et condamné à 5 ans d’emprisonnement. Il est transféré à Aix-en-Provence puis à Saint-Etienne où il sera jugé une deuxième fois par la Cour de Justice. Cette fois, il est condamné à la réclusion à perpétuité. Il est dans la prison « Bellevue » de Saint-Etienne quand, le 25 septembre 1943, un commando de F.T.P.F. le libère avec trente autres camarades. Il rejoint Lyon, où il est chargé de l’organisation des partisans. Le 9 août 1944, à l’île-Barbe (Lyon), sur un pont qui enjambe la Saône il est pris au piège par la Gestapo. Il est blessé au cours de la fusillade et emmené rue de Bonnel où il sera torturé pendant cinq jours sans que l’ennemi lui arrache ses secrets. Il meurt le 14 août, quelques jours avant la libération de Lyon. Son corps repose dans son village natal, Chisa ; Chisa et la beauté des paysages corses qu’il confondait dans un même amour avec celui de sa famille –sa mère surtout- quand il leur écrivait depuis la prison.

Biographie rédigée à partir du livre de louis Gazagnaire « Message d’un héro de notre temps »
publié par l’A.N.A.C.R. de Haute-Corse en 2002.
Posted by cabrio2b