Menu

17 juin 1943, Giusti et Mondoloni

C’est à Santa Maria Sicche, avec deux jours d’avance qu’ont été inaugurées les cérémonies commémoratives du 70ème anniversaire de la mort d’André Giusti et Jules Mondoloni. Anniversaire décennal oblige, la commémoration a revêtu cette année un éclat particulier : la cérémonie au cimetière a été suivie de la projection du film documentaire « Tous bandits d’honneur », réalisé par Michel Sibra en 1983.

Cérémonie à Petreto BicchisanoSalle comble ! et sans doute que le temps imparti au débat –entre la fin du film et la prestation du groupe Dopu Cena - était trop court mais en cette fin de soirée il fallait bien faire place aux réjouissances : les chants interprétés par le groupe dont celui dédié à Andrì (Giusti) et le buffet qui clôturait la célébration de nos deux héros de la Résistance :André Giusti et Jules Mondoloni.

Cérémonie à Petreto BicchisanoLe 17 juin, comme d’habitude, c’est à Petreto-Bicchisano le matin et le soir à Ajaccio qu’a été commémoré » La fusillade de La Brasserie nouvelle.
A Petreto-Bicchisano, la cérémonie s’est déroulée en présence du conseiller général, du maire, du capitaine des pompiers et des anciens résistants dont des membres de la famille de Jules Mondoloni. La gerbe de l'association a été déposée par Mr Etorri adjoint au maire et membre du bureau de l'ANACR 2A. Les enfants des écoles et leur directeur Mr OLIVESI ont lu une lettre de jules Mondoloni très émouvante. Une réception à la mairie a clôturé la manifestation.
A Ajaccio, le soir, c’est sur les lieux où se trouvait la Brasserie nouvelle en 1943, que la cérémonie avait lieu. Dans son allocution, Hélène Giacomoni a rappelé les faits, rendu hommage à nos deux martyrs et appelé à la vigilance : « En ces temps pas si lointains, la xénophobie, la barbarie, le fascisme et le nazisme furent vaincus. Vaincus par les armes mais pour autant, on n’en avait pas fini en cette année 1945 avec cette idéologie qui mit le monde à feu et à sang.
Hélas, il y a quelques jours encore et de plus en plus souvent d’ailleurs, des groupuscules qui véhiculent la haine, l’intolérance, la xénophobie et le fanatisme religieux font preuve d’une violence inacceptable en démocratie. Lucie AUBRAC a eu raison de rappeler que « Le racisme est la pire plaie de l’humanité. Il triomphe quand on laisse le fascisme prendre le pouvoir ». Et comme en écho, Martin Luther King disait lui : « Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons ». Gardons-nous donc de l’indifférence et de « la banalité du mal »
Cérémonie à Sta Maria SiccheSta Maria Sicche Il est plus que jamais nécessaire de continuer à transmettre et à rappeler aux jeunes générations, et pas seulement elles d’ailleurs, ce qu’était la RESISTANCE, ses VALEURS, ses IDEAUX. Elle a uni dans le même combat des hommes et des femmes de toutes origines politiques et religieuses, avec pour seul but de combattre le fascisme et la barbarie nazie et affirmer avec force les « droits de l’homme et du citoyen » inspirés de la philosophie des Lumières. Restons vigilant et rappelons que connaitre son passé devrait permettre de mieux comprendre le présent et construire son avenir. Tous ces actes ignobles renforcent notre détermination à faire vivre les valeurs de la Résistance. « De ces principes et de ces valeurs, nous avons aujourd’hui plus que jamais besoin. Il nous appartient de veiller tous ensemble à ce que notre société reste une société dont nous soyons fiers. (…) » disait Stéphane HESSEL.

Posted by cabrio2b