Menu

Adieu Marcel

Depuis plusieurs mois nous le savions affaibli par la maladie mais il s’efforçait d’en laisser rien paraître. Par téléphone, la conversation passait vite sur son état de santé pour laisser plus de temps au reste. Le reste ? Le projet de se retrouver en famille en fin d’année et toujours et encore la Résistance et la Seconde guerre Mondiale.

Né en 1925, il est bien jeune quand il participe aux manifestations contre les prétentions de Mussolini d’annexer la Corse en 1938-39. Déjà la Résistance ! La Résistance ensuite comme peut la faire un adolescent, comme on peut la faire alors que la Corse n’est pas occupée ; avec des tracts et des graffitis inspirés par Radio Londres. Et puis, quand la Corse est occupée, le jeune lycéen « entre pleinement en Résistance ». Oh, sans acte glorieux à mettre à son actif mais non sans risques quand il faut récupérer des armes parachutées clandestinement dans le maquis, et plus tard quand il se trouve, à Pietroso, au milieu de la mêlée lors des combats de la plaine orientale contre les troupes allemandes.
La Corse libérée, il s’engage dans l’armée brulant de participer au débarquement en France. Débarquement dont il sera frustré puisqu’il est affecté aux Forces expéditionnaires françaises en Extrême-Orient. Démobilisé en janvier 1947, Marcel Santoni reprends ses études de droit à la faculté de Paris.
Après une carrière d’administrateur Outre-mer, il rentre en Corse où sera le directeur de cabinet du premier Président de l’assemblée de Corse, Prosper Alfonsi. A la retraite, il s’adonne à sa passion : l’histoire de la Seconde guerre Mondiale et plus particulièrement celle de la Résistance. Membre du Musée « A bandera » et membre de l’A.N.A.C.R. 2A , il était tout désigné pour présider « l’association pour le Mémorial informatique La Résistance en Corse » qui servira d’appui logistique pour la réalisation du CD Rom du même nom ; CD-Rom dont la Corse, grâce à l’A.E.R.I. et à l’historienne Hélène Chaubin, peut s’enorgueillir d’avoir produit, pour le 60ème  anniversaire de la libération de la Corse, le premier d’une longue série de CD Rom sur les Résistance locales qui suivront pour toute la France.
Longtemps membre du bureau de l’A.N.A.C.R. 2A, Marcel Santoni en était devenu le Président d’honneur.

Pour une biographie plus complète : cliquer ici

Posted by cabrio2b