Menu

L'anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv

C'est dimanche 18 juillet, devant la plaque commémorative apposée sur les murs de la Mairie d'Ajaccio qu'a été commémoré l'anniversaire de la rafle du Vél d'Hiv.

Réprésentant de la communauté juive de la ville et du Préfet ont tour à tour pris la parole pour rappeler cette page noire écrite par l'Etat de Vichy mais aussi pour exalter ce que firent les "Justes" pour sauver des Juifs.
Nous publions ci-dessous le discours du président Jacques Chirac prononcé lors de cet anniverssaire en 1995. Pour la première fois la responsabilité de l'Etat français était reconnue.

lanniversaire-de-la-rafle-du-vel-dhiv_2010.jpg

« Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l’occupant a été, chacun le sait, secondée par l’État français. La France, patrie des Lumières, patrie des droits de l’homme, terre d’accueil, terre d’asile, la France, ce jour-là, accomplissait l’irréparable. manquant à sa parole, elle livrait ses protégés à leurs bourreaux […] Nous conservons à l’égard des déportés juifs de France une dette imprescriptible.  
  Reconnaître les fautes du passé, reconnaître les fautes commises par l’État. Ne rien occulter des heures sombres de notre histoire, c’est, tout simplement, défendre une idée de l’homme, de sa liberté, de sa dignité. C’est lutter contre les forces obscures, sans cesse à l’œuvre […] 
 Certes, il y a les erreurs, il y a les fautes, il y a, c’est indiscutable, une faute collective, mais il y a aussi la France, une certaine idée de la France, droite, généreuse, fidèle à ses traditions, à son génie. Et cette France n’a jamais été à Vichy. Elle n’est plus alors, et depuis longtemps, à Paris. Elle est dans les sables de Libye, et partout où se battent les Français libres. Elle est à Londres, incarnée par le général de Gaulle. Elle est présente, une et indivisible, dans le cœur des Français, ces « justes parmi les nations » qui, au plus noir de la tourmente, en sauvant au péril de leur vie, comme  l’écrit Serge  Klarsfeld, les trois-quarts de la communauté juive résidant en France, ont donné vie à ce qu’elle a de meilleur, cette France : les valeurs humanistes, les valeurs de liberté, de justice, de tolérance, qui fondent l’identité française et qui nous obligent pour l’avenir ».

Posted by cabrio2b