Menu

L'anniversaire du C.N.R.

L’anniversaire de la première réunion du Conseil National de la Résistance, le 27 mai 1943, a été commémoré lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au monument de la Résistance à Ajaccio, en présence des autorités civiles et militaires ainsi que des associations patriotiques avec leurs porte-drapeaux. *

lanniversaire-du-cnr_2010.jpgL’anniversaire de la première réunion du Conseil National de la Résistance, le 27 mai 1943, a été commémoré lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au monument de la Résistance à Ajaccio, en présence des autorités civiles et militaires ainsi que des associations patriotiques avec leurs porte-drapeaux.

Maryse Georges du bureau de l’A.N.A.C.R. 2A a rappelé les termes du Général De Gaulle pour saluer l’évènement : « L’annonce de cette première réunion par les postes radio américains, britanniques et Français Libres» écrit-il dans ses mémoires « …produisit un effet décisif, non seulement en raison de ce qu’il affirmait, mais aussi et surtout parce qu’il donnait la preuve que la Résistance française avait su faire son unité. La voix de cette France écrasée mais grondante et assurée, couvrait soudain le chuchotement des intrigues et palabres des combinaisons. J’en fus, à l’instant même plus fort, tandis que Washington et Londres mesuraient sans plaisir, mais non sans lucidité, la portée de l’évènement».

 Maryse Georges a ensuite évoqué le sacrifice de Jean Moulin, l’artisan de l’unité de la Résistance. Puis, elle s’est interrogée : « Est-il toujours d’actualité ce programme ?» Oui a-t-elle répondu «Certes, le monde a changé et il ne s’agit pas d’en réclamer l’application mécanique Mais les principes qui l’inspiraient sont toujours valides. C’est pourquoi on ne peut s’accommoder d’une mondialisation débridée où le sort de pays entiers est livré aux appétits de la finance, au mépris des peuples et des plus pauvres parmi eux. Cette logique bafoue les grands idéaux qui furent ceux des résistants : liberté, démocratie, justice sociale, solidarité, tolérance, autorité réelle de l’O.N.U., souveraineté nationale dans une Europe des peuples telle qu’elle fut voulue ensuite par le traité de Rome».

*L’A.N.A.C.R. 2A, en la personne de Jacqueline Wroblewski et Marlène Rasori, le Conseil général représenté par Mr Jacques Billard et le député-maire de la ville, Simon Renucci accompagné de membres du conseil municipal (Paul Antoine Luciani, Anne-Marie Luciani et François Casasoprana), ont déposé, tour à tour, une gerbe au pied du monument

Posted by cabrio2b