Menu

Souvenir de la Déportation

En divers lieux de Corse a été commémorée la « Journée nationale du souvenir de la Déportation.» A Ajaccio, c’était au monument de la Résistance. Le traditionnel dépôt de gerbes et « Le chant des marais » qui achevaient la cérémonie, étaient précédés de la lecture de textes et d’allocutions : les textes de Primo Levi et Madeleine Roubenne lus par Marc Andria (Lycée Laetitia), Omahina (Lycée Fesch) et Deborah (Lycée Finosello), tous trois revenus depuis peu d’une visite au camp de Ravensbrück où Noëlle Vincensini, elle-même déportée, les y avait accompagnés. Avant la lecture du message du gouvernement par le préfet de Corse, M. Patrick Strzoda, c’est Noëlle Vincensini qui a donné lecture du message commun des associations de déportés :

27-avril-2013-journee-du-souvenir.jpg« Il y a 80 ans, le nazisme triomphait. Hitler imposait son pouvoir en Allemagne dans l’indifférence quasi générale des démocraties et entraînait le monde dans un conflit qui prit fin en 1945 après des années de terreur, par la victoire sur le nazisme. 
C’est alors que les déportés survivants revinrent des camps de concentration et d’extermination. 
Nous avons le devoir, au nom de nos camarades disparus, de rappeler ces événements qui ont ponctué notre histoire. 
Tant que nous pourrons prendre la parole, nous devons dire aux générations nouvelles que c’est surtout dans les moments de crise que resurgissent les discours antidémocratiques, xénophobes, racistes et antisémites, dans lesquels elles doivent discerner les thèses de ceux qui ont exterminé les juifs d’Europe, massacré les Tziganes, déporté et fusillé les Résistants. 
Aujourd’hui, il est essentiel qu’elles reconnaissent, dans d’autres discours, les vociférations d’Adolf Hitler et la voix soumise de Philippe Pétain. Ainsi averties, pourront-elles combattre le danger s’il se présente. 
Nous lançons aujourd’hui, un appel à la vigilance, au respect de l’être humain, de sa dignité et du droit à la différence. Ce message que nous adressons aux jeunes générations se veut partie prenante de la construction de l’avenir."

Ce message a été rédigé conjointement par 

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (F.M.D.), 
La Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (F.N.D.I.R.), 
La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.), 
L’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus (U.N.A.D.I.F.).

Posted by cabrio2b