Menu

Usciolo pour l'histoire et la mémoire

Que savent le(s) profanateur(s) des combats qui eurent lieu au tunnel d'Usciolo où les Résistants ont affronté les troupes allemandes et les chemises noires ?

usciolo-pour-lhistoire-et-la-memoire.jpg« Les allemands veulent délivrer les SS en très mauvaise posture à Quenza, s’assurer la possession de la « route stratégique » et gagner Ajaccio pour interdire le débarquement des troupes régulières.
Le 15 septembre 1943, cent camions, 3 000 allemands et chemises noires, sept chars lourds s’ébranlent de Porto-Vecchio, canonnent Sotta et montent sur Lévie.
Une tentative sur l’Ospédale, par une partie de la colonne, est arrêtée par la riposte des patriotes.
Près du tunnel routier d’Usciolo, une centaine de patriotes de Sotta, sous les ordres du sous-lieutenant Luciani, avec deux FM, des mitraillettes et des fusils de chasse veillent. Un tiers de l’effectif est en avant-poste et surplombe le tunnel, un groupe de combat est posté à la sortie
Le 15 au matin, la colonne ennemie approche abusant les patriotes avec, en tête, des drapeaux italiens et français.
Simon Pacini tombe à côté de son FM.
Paul Milleliri de Canceraccia, grièvement atteint fait feu de son pistolet jusqu’au dernier soupir.
Engagé dans le tunnel, l’ennemi n’ose pas ressortir. Paul Milleliri de Barivoli s’y précipite et tire à bout portant jusqu’à épuisement des cartouches. Il sera pris et fusillé peu après.
Exaspérés par la résistance des patriotes, les allemands font feu de toutes leurs armes.
Jérôme Comparetti, section FN de Bonifacio, Jean-Paul Culioli 1er adjoint au maire de Sotta sont faits prisonniers par les SS.
Sous les coups de mortiers allemands, les blocs de rocher volent. Les patriotes continuent à tirer. Le cantonnier Jean-François Pietri brûle 35O cartouches.  Les munitions s’épuisent, le sergent-chef Pacini donne l’ordre de repli. La colonne passe emportant ses blessés et vingt cadavres. 
Jean-Paul Culioli s’évade.
Le vieux Susini tire toujours. »

Posted by cabrio2b